francophonie

Montag 18. Oktober 2010 , 9h-18h15 — Uni Bastions (5, rue de Candolle), salle B106, Université de Genève

Français et multilinguisme dans la science

Laurent Gajo (Univ. Genève / AUF ), Anne-Claude Berthoud (Univ. Lausanne), et Patrick Chardenet (Agence universitaire de la Francophonie)

L’élaboration, la diffusion et la transmission des savoirs n’ont jamais été le fait d’une seule langue et/ou culture, même si des vecteurs linguistiques privilégiés ont pu dominer à cer-taines époques dans des champs disciplinaires donnés. Bien plutôt, il faut relever la contri-bution de la diversité linguistique et culturelle à l’établissement des savoirs, à leur « épais-seur » et, finalement, à l’idée même de savoir. La langue française se trouve dans une positi-on complexe et, de ce fait, intéressante à l’heure actuelle. D’une part, elle cède du terrain à l’anglais, langue scientifique dominante. D’autre part, elle est sollicitée par une communau-té scientifique très diversifiée au sein d’un espace francophone large et multilingue. La question de la diversité linguistique prend ainsi des valeurs très différentes selon que l’on envisage le couple « français-anglais » ou le français – souvent langue seconde – en lien avec une multitude de langues. On distinguera alors, au sein de la communauté scientifique, des enseignants-chercheurs, des étudiants-chercheurs et des chercheurs : capables de produire, de diffuser et d'enseigner principalement en français; capables de produire, de diffuser et d'enseigner partiellement en français; capables de comprendre en français.

esense GmbH